urbanisation-si

urbanisation-si

Le processus d'urbanisation du Système d'Information


Sur quels critères doivent reposer les indicateurs d'urbanisation d'un système d'information ?

La manière dont chaque composante du processus d'urbanisation est mise en œuvre est caractérisée par plusieurs axes et critères.

 

processus-urbanisation-systeme-d-information-indice-urbanisation-01.png

 

 

urbanisation-systeme-d-information-tableau-processus-indice.png

 

Les indicateurs des processus d'urbanisation du SI

 

Rhona Maxwel

@rhona_maxwel

 

"Le bonheur n'accepte comme conjointe que la réalité."

Daniel Desbiens

 

 

Articles conseillés :

 

La démarche de l'urbanisation des systèmes d'informations : comment mesurer les progrès ?

 

Objectifs des indicateurs du processus d'urbanisation du Système d'Information

 

La méthode top-down dans l'urbanisme du Sytème d'Information


10/12/2016
0 Poster un commentaire

La méthode top-down dans l'urbanisme du Sytème d'Information

La méthode top-down part de la stratégie d'entreprise, pour en déduire les objectifs métiers, les processus métiers, le système d'information et enfin le système informatique.

 

urbanisme-systeme-d-information-methode-top-down.jpg

 

 Classiquement, le plan d'urbanisme est constitué de 4 couches qui doivent être cartographiées.

  

En haut, juste en dessous de la stratégie d'entreprise qui ne fait pas partie de l'urbanisation du SI, on trouve la cartographie métier avec les processus métiers et leurs événements déclencheurs, puis en dessous, la cartographie fonctionnelle structurant le système d'information avec des blocs fonctionnels, un niveau encore en dessous, on trouve la cartographie applicative constituée de composants applicatifs du système informatique et enfin tout en bas la cartographie technique représentant l'infrastructure technique du système informatique.

 

La méthode top-down part de la stratégie d'entreprise, pour en déduire les objectifs métiers, les processus métiers, le système d'information et enfin le système informatique.

 

Le postulat étant que la couche supérieure à celle qui est modifiée, est invariante, sinon on s'expose à un risque de divergence. 

 

Toute intervention dans l'urbanisation du SI est opérée sur la couche n immédiatement en dessous de celle n+1 qui doit rester invariante. La couche n-1 doit subir toutes les modifications pour remplir les besoins de la couche n et ainsi de suite. Il est possible qu'une couche remplisse déjà les besoins de la couche supérieure, auquel cas elle ne subira aucune modification. 

 

Prenons l'exemple de la direction générale d'une mutuelle qui adopte une stratégie de lutte renforcée contre la fraude. Le schéma directeur défini sur 3 ans, bien qu'il puisse être révisé tous les ans, est considéré comme invariant. La première couche non invariante est la couche métier. En effet, le processus métier de remboursement d'actes de santé est modifié.

En fonction de certaines règles, comme plus de 3 consultations chez un généraliste dans la même journée, un rejet sera généré pour un traitement manuel. On voit que non seulement le processus métier est modifié mais aussi l'organisation avec un changement important pour le travail du gestionnaire. Il faudra modifié la couche fonctionnelle avec des classes et des services métiers spécifiques.

 

La couche applicatives devra implémenter ces classes et ces services et assurer la communication avec les autres blocs applicatifs comme le paiement, le juridique, ...

  

La couche technique ne sera peut être pas impactée, car elle possède déjà un ESB (Enterprise Serial Bus) permettant la communication entre les blocs.

 

La méthode bottom-up, consiste à intervenir sur une couche pour en améliorer le fonctionnement.

Cette opération peut faire émerger des opportunités de modification à la couche supérieure. Elle part du principe que dans tout système défini, il peut y avoir des évènements qui remettent en cause les principes établis. 

Généralement ces évènements sont extérieurs à l’entreprise, d’ordre technologique mais aussi économique (fusions ou acquisitions) ou réglementaire (obligation de mise en place d’une norme européenne).

  

Et comme bien souvent ce n'est pas l'une ou l'autre qui est privilégiée mais bien un mixte des 2 méthodes.

 

Rhona Maxwel

@rhona_helena

  

"Le paradoxe du travail, c'est que l'on ne travaille, en fin de compte, que pour le supprimer."
Boris Vian


08/12/2016
0 Poster un commentaire

Objectifs des indicateurs du processus d'urbanisation du Système d'Information

Les 6 commandements de la démarche d'urbanisation du Système d'Information.

 

processus-urbanisation-systeme-d-information-indice-urbanisation-01.png

  

Ce qu'il faut mesurer pour connaître la progression du processus d'urbanisation du Système d'Information.

 

Objectif 1 :

Connaître le SI existant. Cette connaissance, qui est indispensable pour faire évoluer le système d'information, porte à la fois sur les processus métiers et les applications du SI. Elle fait l'objet de référentiels cartographiques, dont la mise à jour doit accompagner les changements apportés au SI.

 

Objectif 2 :

Gérer les référentiels majeurs pour l'entreprise. L'existence au sein d'un SI, de multiples bases de données ou fichiers contenant des données semblable, mais loin d'être identiques, est toujours un facteur de complexité ou de surcout.

Cet objectif permet d'évalue si les données métier de référence sont défini de façon unique et connue de tous, si la responsabilité de chaque référentiel est attribué à une maîtrise d'ouvrage identifiée. Enfin, il permet de vérifier si les dispositifs de gestion des données de référence permettent d'en assurer la qualité, la cohérence et la disponibilité.

 

Objectif 3 :

Disposer de cibles pour l'évolution du SI. L'élaboration de ces cibles fonctionnelles, applicatives et techniques permet d'une par de s'assurer que la réalisation des nouveaux projets s'inscrit bien dans le cadre de ces cibles.

Permet de s'assurer en permanence que ces cibles sont en harmonie avec la stratégie de l'entreprise.

 

Objectif 4 :

Maîtriser une construction du SI pour l'ensemble de l'entreprise. Pour atteindre ces cibles, il faut définir et mettre en œuvre un plan de migration ou road map, élaborer et diffuser des règles d'urbanisme applicables par les équipes de projets (maîtrises d'ouvrage et maîtrise d'œuvre).

Grâce à un accompagnement permanent des projets par les urbanistes, il faut en outre s'assurer que ces règles sont effectivement appliquées dès la première étude amont.

 

Objectif 5 :

Maîtriser la complexité des flux d'échanges d'informations. L'indicateur portera sur la description des flux inter-applicatif, la standardisation de ces échanges, au moins pour les données majeures de l'entreprise.

Il faut vérifier la mise en place, l'administration et la maintenance de dispositifs d'échanges mutualisés.

 

Objectif 6 :

Piloter et supporter l'urbanisation du SI. Pour mettre en œuvre le processus d'urbanisation, il faut des moyens adaptés.

L'indicateur analysera la modélisation de ressources pour l'urbanisme (définition de la fonction d'urbaniste, insertion des urbanistes dans les structures de gouvernance). Permet de vérifier la mise œuvre de dispositif de communication et de formation pour l'ensemble des acteurs projets.

 

 

Pour chaque objectif est associé un certain nombre de critère (3 à 5) et à chaque critère est associé une mesure, noté de de 0 à 4, selon une grille prédéfini associé à chaque critère.

L'indicateur de cette mesure est :

soit quantitatif : par exemple, pour les référentiels de cartographie, les notes sont attribuées selon le taux de couverture de la cartographie ;

soit qualitatif : l'indicateur caractérise des notions telles que le champ, la fréquence, la profondeur des actions associées au critère.

 

« Faiblesse et courage, étourderie et raison, caprice et dévouement ! la femme est un composé de tout cela. »

Goswin Joseph Augustin, baron de Stassart

 

Rhona Maxwel

@rhona_helena

 

 

Articles conseillés :

 

2/11 Projet informatique, passer du moyen âge à l'ère industrielle. Urbanisez pour mieux régner, 1ère partie : les fondations.

 

2/11 Projet informatique, passer du moyen âge à l'ère industrielle. Urbanisez pour mieux régner, 2ème partie : les gains et les réticences.

 

Quelle est l'étape la plus importante dans l'urbanisation des SI ?

 

Pas de nouvelles, mauvaises nouvelles

 

Quels sont les axes de recherche et développement de l'urbanisation ?


07/12/2016
0 Poster un commentaire

La démarche de l'urbanisation des systèmes d'informations : comment mesurer les progrès ?

Un processus n'est bien défini que s'il est mesurable.

 

processus-urbanisation-systeme-d-information-indice-urbanisation-01.png

 

Et pour cela, il y a l'indice d'urbanisation : évaluer l'état de la démarche d'urbanisation de tout de le système d'information de l'entreprise ou d'une partie.

 

La démarche d'urbanisation est une tâche qui prend du temps, la communication doit être sans faille, les progrès doivent être visibles et l'on doit s'efforcer de renouveler la motivation et l'énergie nécessaire.

 

Fini le simple inventaire d'avantages qualitatifs, il faut objectiver grâce à des indicateurs servant de véritable outil de mesure.

 

L'indice est donc un outil de mesure et de management : il permet d'apprécier si l'urbanisation du SI est en "bonne voie", c'est à dire si les actions menées s'inscrivent dans une démarche de meilleures maîtrise de l'urbanisation du SI. En ce sens, il différencie l'urbanisme d'une démarche comme CMMI : cette dernière se concentre sur le pilotage du processus, alors que l'indice d'urbanisation mesure le résultat sur la base de faits démontrables correspondants aux résultats du processus mis en œuvre.  

 

Il faut mettre en œuvre la cotation de l'indice d'urbanisation et l'utiliser comme outil de pilotage de l'urbanisation de leur système d'information.

 

Rhona Maxwel

@rhona_helena

 

"C'est toute la beauté des larmes ; elles peuvent avoir deux significations opposées.
On pleure de douleur, on pleure de bonheur.
Peu de manifestations physiques ont cette identité à deux têtes, comme pour matérialiser la confusion."
David Foenkinos

 

Articles conseillés :

 

Avec un peu de métier, métamodéliser la vue métier pour assurer la traçabilité avec la stratégie

 

En urbanisation SI, comment définit-on la vue fonctionnelle et quels sont les liens avec la vue métier et applicative ?

 

En urbanisation SI, comment met on en oeuvre la traçabilité entre la vue applicative et les vues fonctionnelle et infrastructure ?

 

Visiter la "salle machine" de l'urbanisation des SI

 

Le Big-Mac de l'urbanisation SI


06/12/2016
0 Poster un commentaire

L'urbanisme des SI et architecture d'entreprise : retour vers le futur

retour_vers_le_futur.jpg

 

L'avenir de l'urbanisme de SI sera lié à 3 facteurs :

  1. La généralisation des relations en entreprise étendue, au delà des périmètres figés de la firme traditionnelle.
  2. La montée inéluctable des organisations autour des processus, du management par les processus, qui remettra en cause les fonctionnements internes, et sera reliée aux SI urbanisés.
  3. L'extension progressive des solutions techniques et conceptuelles basées sur des architectures de services pour les fonctions métiers souvent développées par les informaticiens de l'entreprise, comme pour les fonctions de support traditionnellement confiées à des ERP.

Le 1ère évolution, les relations entre les acteurs économiques, de plus en plus basées sur la technologie, gommeront les espaces traditionnels.

Les entreprises interagiront plus fortement, dans des processus plus directs et plus tendus avec leurs clients et leurs partenaires.

Ce fonctionnement en entreprise étendue qui existe déjà chez de nombreux grands comptes, deviendra la règle.

Dés lors, le champ des préoccupations d'urbanisme débordant le monde clos de l'entreprise, il faudra raisonner sur l'entreprise et son écosystème.

Les flux, la gestion des grands référentiels, l'activation de services automatisés, de bases de connaissances, seront à situer dans un contexte élargi, où les mouvements stratégiques, partenariats, fusions, filialisations, acquisitions, externalisations, pourront redistribuer les cartes autour des composants urbanisés.

Les urbanistes devenant architecte de la chaîne de valeur, auront à étendre leurs investigations jusqu'aux limites de ces champs d'action.

 

La 2ème évolution, elle aussi déjà engagée, concerne la vision processus. en effet la recherche de l'efficience, de la flexibilité et la proposition pour le client de la plus grande efficacité, continueront à bousculer les organisations. 

La déformation des entreprises organisées en silos, en des modèles orientés processus deviendra une généralité.

Il faudra se préoccuper de diffuser la culture du management par les processus, de faire passer le BPM dans la réalité : instituer des propriétaires de processus, gouverner l'amélioration et piloter les performances pour que les processus répondent aux services qu'attendent les multiples parties prenantes, clients, usagers, partenaires, employés, actionnaires, sociétaires, ...

L'urbanisme des SI incite à décrire les processus métiers.

C'est un début, mais les processus sont considérés comme une entrée, et l'urbaniste n'a pas de légitimité pour les optimiser, voire les remettre en cause.

Pourtant dans le futur, il faudra fédérer les approches par les SI et celles par les processus, connecter les différentes visions transversales, réaliser la symbiose des méthodes, veiller à la cohérence des gouvernances SI et processus : les urbanistes seront les catalyseurs de cohérence, de transversalité, et de flexibilité.

 

La 3ème évolution majeure se réfère à la sphère technique.

Urbaniser le métier ou architecturer l'entreprise, tire les urbanistes vers le haut, que leur référence s'appelle urbanisme des SI, EA (Enterprise Architecture ou Architecture d'Entreprise) ou BPM (Business Process Management ou Gestion des Processus Métiers).

Ils ne doivent pas ignorer les évolutions techniques.

Un miracle technologique se produira-t-il (attention aux effets de buzz) ? Une révolution technique donnera-t-elle l'agilité instantanée tant espérée ? 

 

Comme le montre notre X-Men John Zachman dans son modèle, pour l'instant aucune bonne fée n'est apparue avec sa baguette magique, il sera toujours nécessaire d'architecturer l'entreprise.

 

Les grandes entreprises dotées de SI de plus en plus complexes, seront confrontées à un environnement réglementaire multiple, protéiforme, à des contraintes de marché archi-mondialisées.

Il leur faudra lutter férocement contre l'entropie et rechercher toujours plus d'agilité.

Dans le futur, tel un funambule, l'urbaniste devra maintenir l'équilibre sur une corde qui sera disposée malheureusement de plus en plus haut.

 

Rhona Maxwel

@rhona_helena

 

"Il n'y a rien de plus parfait que de trouver du bonheur à communiquer le sien."
Henri Lacordaire


02/05/2016
0 Poster un commentaire


Recherche

Vous recherchez ? :