urbanisation-si

urbanisation-si

Pour trouver les services logiques, les modèles sémantiques et pragmatiques tu dériveras. (« Praxeme 4ème commandement extrait de la bible de l’aspect logique »).

La bible de la méthodologie d’architecture d’entreprise franco française Praxeme, énonce entre autres que l’architecture logique prolonge les décisions d’urbanisation du SI et que les services et données dérivent des modèles amont c’est-à-dire des aspects sémantique (entités métiers) et pragmatique (processus métiers et cas d’utilisation).

  

praxeme-service-logique-derivation-aspect-semantique-aspect-pragmatique.PNG

 

En 2006, le buzz était sur l’architecture SOA (Service Oriented Architecture) et je me suis intéressée à Praxeme qui était une des seules méthodes SOA open source et cerise sur le gâteau en français.

  

Aujourd’hui, Praxeme est à l’architecture d’entreprise ce que la théorie unifiée est à la physique.

 

Praxeme agrège toutes les bonnes pratiques en cours, allant de la stratégie d’entreprise à la réalisation d’applications informatiques en passant par l’urbanisation du Système d’Information, la gouvernance SI, l’architecture technique, SOA, l’ingénierie dirigée par les modèles jusqu’aux bonnes pratiques de conception.

 

 

On peut dire que Praxeme n’a rien inventé, mais elle a le mérite d’avoir intégré avec succès toutes ces bonnes pratiques avec une terminologie bien à elle.

 

Par exemple, la dérivation des aspects sémantique et pragmatique en aspect logique s'inspire de MDA (Model Driven Architecture, norme OMG) à la transformation du niveau CIM (Computational Independent Model) en PIM (Platform Independent Model) ou bien encore dans le monde de l’urbanisation du Système d’Information, à la cartographie métier qui se projette sur la cartographie fonctionnelle.

 

Voici quelques articles que nous avions consacrés sur ces sujets :

1) Sur les transformations des vues de l'urbanisation du Système d'Information

 

2) Sur l'Ingénierie Dirigée par les Modèles (MDE Model Driven Engineering)

  

Pour pouvoir manipuler un modèle, on doit avoir son méta-modèle.

 

Mais où est passé le méta-modèle Praxeme ?

 

Sur le site officiel :

//www.praxeme.org/telechargements/catalogue/

il est indiqué que le document PxMDS-05 traitant du méta-modèle est « en cours ».

Mais il y a un bouton « Visiter » qui nous renvoie sur la page : 

//wiki.praxeme.org/index.php?n=Modus.PraxemeMetamodel

Le lien « Le méta-modèle Praxeme » nous envoie à : 

//wiki.praxeme.org/Praxeme.MetaModel/index.html

Nous arrivons sur un diagramme de package cliquable mais malheureusement quand on clique sur un package, on arrive sur une description textuelle des entités mais point de diagramme de classe représentant le méta-modèle.

Plus grave, quand on clique sur le deuxième lien « Caisse d’allocations Familiales », un autre lien « méta-modèle Praxeme » nous répond « Error 404, page not-found ».

 

meta-modele-praxeme-error-404-page-not-found.PNG

 

Notre objectif est de réaliser des prototypes, les extraits fournis dans les différents évangiles Praxeme seront donc parfaits pour nos démonstrateurs.

 

Voyons d’un peu plus près à quoi ressemblent les règles de dérivation. 

 

praxeme-service-logique-derivation-BRMS-BPM.PNG

 

Par exemple une classe sémantique (métier) devient une Machine Logique Métier élémentaire (attributs, opérations, associations et navigations) et une Machine Logique Métier ensembliste (services sur les collections).

 

Le modèle pragmatique composé de la vue de l’utilisation (use case) et la vue de l’organisation (processus métier, diagramme d’activité).

Par exemple, concernant la première, un use case devient une Machine Logique Organisation et un Service Logique Transactionnel.

Pour la dérivation des processus métier, la méthode parle d’un dispositif transverse chargé de l’ordonnancement et de l’exécution des services autrement dit un moteur de processus exécutables, BPM Business Process Management.

Pour la dérivation des règles métiers 2 solutions sont envisagées :

  • La programmation de la règle en dur
  • L’enregistrement dans un dispositif ad hoc autrement dit un moteur de règles, BRMS Business Rules Management System.

 

La méthode devrait intégrer plus clairement le couple de normes (BPMN, DMN).

BPMN (Business Process Model and Notation)  pour les processus métiers (aspect pragmatique vue organisation), et la norme DMN (Decision Model and Notation) pour les règles métiers (aspect sémantique).

Et pourquoi pas SOAML (SOA Modeling Language) pour les aspects logiques et les services ?

 

L’OMG (Object Management Group) fourni pour toutes ces normes, les méta-modèles complets avec leurs diagrammes de classes accompagnés des description textuelles.

 

Ainsi en utilisant des outils de transformation de modèles, il est possible d'industrialiser les processus et les règles de dérivation des aspects Praxeme.

 

Les aspects stratégiques peuvent être modélisés en utilisant la norme BMM (Business Motivation Model) que l'on pourrait dériver en aspects sémantique et pragmatique.

 

Et pourquoi pas dériver le couple (BPMN, DMN) en modèle de code (PSM Platform Specific Model) d’un moteur de processus métier ou de règles métiers, par exemple le couple open source bien intégré (jBPM, Drools).

 

Voir la série d’articles sur jBPM :

 

Voir la série d’articles sur les moteurs de règles métiers :

 

Comment automatiser ces transformations, (en praxemien on parle de dérivations car le terme transformation implique une modification du modèle source) ?

 

De nombreuses solutions existent comme XSLT (XML Stylesheet Language Transformation), ATL (Atlas Transformation Language), QVT (Query View Language), …

 

Voir par exemple le cours complet sur ATL et le tutoriel QVT.

1) ATL (Atlas Transformation Language)

 

2) QVT

 

Mais laquelle choisir ?

C’est ce que nous verrons prochainement.

 

Rhona Maxwel

@rhona_helena

 

"Et le secret de toute la méthode est là : en toute choses repérer soigneusement ce qui est le plus absolu."

René Descartes

 

 

Articles conseillés :

 

Comment être efficace dans la modélisation de vos cas d'utilisation (UML use case diagram) ?

  

Vous cherchez désespérement un formalisme pour vos processus métiers mettant en accord MOA et MOE, la solution miracle existe, elle s'appelle BPMN 

 

Tutoriel – didacticiel – exemple complet sur la norme de modélisation des règles métiers DMN ( Decision Model Notation ) : le processus métier BPMN 

 

Tutoriel – didacticiel – exemple complet sur la norme de modélisation des règles métiers DMN ( Decision Model Notation ) : La vue des exigences des décisions

 

Tutoriel – didacticiel – exemple complet sur la norme de modélisation des règles métiers DMN ( Decision Model Notation ) : Le niveau logique de décision

 

Tutoriel – didacticiel – exemple complet sur la norme de modélisation des règles métiers DMN ( Decision Model Notation ) : Exemple d'exécution du modèle de décisions

 

Positionnement des processus et règles métiers dans la norme BMM Business Motivation Model de l’OMG et autres artefacts génériques

 

SysML pour les nuls : de la modélisation des exigences à la réalisation du système


18/08/2017
0 Poster un commentaire

Positionnement des processus et règles métiers dans la norme BMM Business Motivation Model de l’OMG et autres artefacts génériques

Parmi les principaux éléments de BMM, il nous en reste quatre à voir, regroupés sous la catégorie générique de « Placeholders »  : l’actif de l’entreprise (Asset), les unités organisationnelles (Organization Unit), les processus métiers (Business Process) et les règles métiers (Business Rule).

 

Les concepts saillants de BMM ont été abordés dans les articles suivants :  

 

  1. BMM Business Motivation Model, norme OMG, les idées clés pour mieux comprendre la stratégie d'entreprise
     
  2. BMM Business Motivation Model, norme OMG, les éléments de modélisation – vision, but, objectif, stratégie, tactique, ...
     
  3. Cours complet BMM Business Motivation Model norme OMG - les concepts de base – les moyens pour parvenir à ses fins
     
  4. Cours complet BMM Business Motivation Model norme OMG - les facteurs impactants et les évaluations de leurs influences
     

Les processus métier et les règles métiers ont leur propre norme OMG, nous y avons consacré de nombreux articles et ils ont même leur propre catégorie.

BPMN Business Process Modeling Notation est la norme de modélisation des processus métier.

( voir la catégorie de notre blog :

BPMN 

et l'article

Vous cherchez désespérement un formalisme pour vos processus métiers mettant en accord MOA et MOE, la solution miracle existe, elle s'appelle BPMN  ")    

  

DMN Decision Model and Notation est celle pour les règles métier.

( voir la catégorie de notre blog :

DMN 

l'article

" Tutoriel – didacticiel – exemple complet sur la norme de modélisation des règles métiers DMN ( Decision Model Notation ) : Exemple d'exécution du modèle de décisions "

et

" Améliorations et notions avancées Eclipse Sirius, suite et fin de notre saga : comment concevoir son propre outil de modélisation DMN ? [4/4] " ).                  

 

BMM utilise aussi la norme sur le vocabulaire anglais concernant la sémantique des processus et règles métiers, SBVR Semantic Business Vocabulary and Business Rule.

 

Unité organisationnelle (Organization Unit)

 

tutorial-BMM-Business-Motivation-Model-norme-OMG-unite-organisationnelle_16.png

 

 

Processus métier (Business Process)

 

tutorial-BMM-Business-Motivation-Model-norme-OMG-processus-metier_17.png

 

L’actif d’entreprise

 

tutorial-BMM-Business-Motivation-Model-norme-OMG-actif-entreprise_18.png

 

L’actif d’entreprise (Asset) et ses relations (Liability)

 

Une fois les façons de procéder définies, il y a 2 choses à considérer dans le fonctionnement d’une l'entreprise et qui sont représentées dans BMM comme des actifs de deux types :

  • des immobilisations, c’est-à-dire des entités qui sont conservées à long terme, maintenues, réutilisées et remplacées. Par exemple des choses tangibles comme des équipements et des constructions (bâtiments) ou intangibles, comme des brevets et des licences.
  • des ressources, c’est-à-dire des entités qui sont consommées, approvisionnées de nouveau, comme des matières premières, des produits finis et de l’argent.

 

tutorial-BMM-Business-Motivation-Model-norme-OMG-actif-entreprise-liens_19.png

 

Rhona Maxwel

@rhona_helena

 

"A celui qui ne sait pas vers quel port il navigue, nul vent n’est jamais favorable."

Sénèque

 

 

Articles conseillés :

 

Urbanisation SI : la méthode ultime pour modéliser les besoins d'un projet - 3ème partie - Processus métiers - BPMN

 

Urbanisation SI : la méthode ultime pour modéliser les besoins d'un projet - 5ème partie - Règles métier- UML - Profil spécifique

 

Urbanisation SI : la méthode ultime pour modéliser les besoins d'un projet - 6ème partie - Rule Flow – UML – Diag. Activité

 

Urbanisation SI : la méthode ultime pour modéliser les besoins d'un projet - 7ème partie - Domaine métier – UML – Diag. Classe


18/07/2017
0 Poster un commentaire

Cours complet BMM Business Motivation Model norme OMG - les facteurs impactants et les évaluations de leurs influences

Un facteur impactant (Influencer) peut-être n’importe quoi qui a la capacité de produire un effet sur les objectifs de l’entreprise et les moyens pour y parvenir.

  

Si vous avez manqué le début :

 

  1. BMM Business Motivation Model, norme OMG, les idées clés pour mieux comprendre la stratégie d'entreprise

  2. BMM Business Motivation Model, norme OMG, les éléments de modélisation – vision, but, objectif, stratégie, tactique, ...

  3. Cours complet BMM Business Motivation Model norme OMG - les concepts de base – les moyens pour parvenir à ses fins

 

Pour bien comprendre les éléments des plans de développement, il est nécessaire d'identifier les facteurs impactant potentiels qui les forment.

Cela aide à communiquer sur les fins et les moyens en explicitant le contexte dans lequel ils ont été formulés.

Les facteurs impactant sont neutres et factuels ; ils apparaissent quand il y aura des évaluations de leurs influences sur telle fin ou tel moyen.

 

Les facteurs impactant spécifiques aux plans de développement sont ceux qui peuvent avoir un impact sur l'entreprise dans son utilisation de moyens ou l'accomplissement de ses fins. Cet impact a une influence que l'on juge dans des évaluations.

Les facteurs impactant doivent être nommés et décrits.

Ainsi, on communique des informations de fonds et contextuelles suffisantes pour d'autres participants de planification afin de faire les évaluations appropriées et pertinentes.

 

Les facteurs impactants externes

 

Les facteurs impactant externes sont ceux à l'extérieur des frontières organisationnelles d'une entreprise.

Les catégories de facteurs impactant externes :

  • Concurrent : une entreprise rivale dans une lutte pour avoir l’avantage sur l'entreprise ciblée.
  • Le client : un rôle joué par un individu ou une entreprise qui a commandé, reçu, ou payé pour des produits ou des services à une l'entreprise.
  • L'environnement : l'ensemble délimité des conditions ou des facteurs impactant affectent l'existence ou le développement d'une entreprise.
  • Partenariat : une entreprise qui partage des risques et le bénéfice avec une autre entreprise (ou est associée) parce que c’est mutuellement avantageux.
  • Lois et règlement : un ordre prescrit par une autorité comme une administration publique ou la direction d'une entreprise.
  • Fournisseur : un rôle joué par un individu ou une entreprise qui peut fournir des produits ou des services à l'entreprise.
  • Technologie : le rôle de technologie, y compris ses développements et limitations qui peuvent être des prérequis pour son utilisation.

 

Exemple (la société ABA est une entreprise fictive de location de voitures , nous servant de fil conducteur) :
 
. Deux plus petits concurrents ont fusionné et l'entreprise commune est maintenant plus grand que l’entreprise ABA de nos exemples (catégorie concurrent).
 
. Les entreprises de location de voiture de marque de luxe comme le Hertz et Avis ont une image de très bon rapport qualité-prix ; et peut facturer des tarifs plus élevés (catégorie concurrent).
 
. La société « Budget » fait des offres bon marché avec les compagnies aériennes (catégorie concurrent).
 
. La principale cible de ABA est les hommes d’affaires, mais le besoin de faire appel aussi à des particuliers est à développer (catégorie client).
 
. Le stationnement et le stockage dans des centres-villes sont limités et cher (catégorie environnement).
 
. La location de voiture en Europe de l'Est augmente d'une année sur l'autre d’au moins 5 % par an (catégorie environnement).
 
. Toutes les entreprises de location de voiture dans les aéroports offrent des types semblables de voiture et sont physiquement alignées en rang. Si une entreprise promeut une offre spéciale, les autres réagissent presque immédiatement, ainsi il y a une très faible marge de manœuvre contre des concurrents sur le produit, le service, ou le prix (catégorie environnement et concurrent).
 
. Partenariat avec l’entreprise de prêt aux particuliers « Prettel » (catégorie partenaire).
 
. Dans chaque pays : permis de conduire et assurance obligatoires, contrôles antipollution, protection des données personnelles des clients (catégorie lois et règlements).
 
. Les constructeurs automobiles font des offres avantageuses sur des modèles de voiture avec des options à ABA (catégorie fournisseur).
 
. Les assureurs offrent des options gratuites dans leurs contrats pour ABA (catégorie fournisseur).
 
. ABA propose des voitures électriques (catégorie technologie).
 
. ABA propose un service de réservation sur smartphone (catégorie technologie).

 

Les facteurs impactants internes

 

Les facteurs impactants internes sont ceux à l’intérieur d'une entreprise qui peut avoir un impact sur son emploi de moyens ou l'accomplissement de fins.

Catégories de facteurs impactant internes :

  • Opérations coutumières (positif ou négatif).
  • Valeur Explicite : une Valeur D'entreprise explicitement exposée et déclarée.
  • Valeur Implicite : une Valeur D'entreprise non explicitement déclarée mais néanmoins compris par certains dans une entreprise.
  • Habitude : une pratique usuelle ou une utilisation.
  • Infrastructure : le cadre sous-jacent de base ou les fonctions d'un système.
  • Publication : publiez des informations comme par exemple l’accord d’un nouveau partenariat.
  • Prérogative de Gestion : un droit ou un privilège exercé en vertu de propriété ou position dans une entreprise.
  • Ressource : les ressources disponibles pour effectuer une activité d'une entreprise avec le niveau de qualité exigée.

 

Exemples :
 
. Les directeurs sont généralement promus de l'intérieur de l'entreprise (habitude).
 
. On permet d'habitude aux directeurs de rester dans leurs agences tant qu'ils veulent (habitude).
 
. Les caissiers reçoivent la formation d'introduction de deux jours. Le cours de perfectionnement est informel, sur le lieu de travail (habitude).
 
. Les agences principales de location sont groupées autour des grandes villes, des aéroports et des centres-villes, des agences secondaires dans les banlieues, les hôtels (infrastructure).
 
. Dans quelle mesure la maintenance et l'entretien de voitures devraient être externalisés (publication).
 
. Le conseil a décidé de donner la priorité en Europe de l'Est pour l'expansion d'affaires dans les trois prochaines années (prérogative de gestion).
 
. Des directeurs de succursale ont l'autorité pour offrir des remises ad hoc aux réactions aux offres des concurrents. Ils utilisent à leur discrétion car le prix réduit affectera la performance financière de l’agence (prérogative de gestion).
 
. Les modèles populaires, de faible kilométrage, doivent avoir un faible coût de maintenance (ressource).
 
. Les voitures sont écologiques (valeur explicite).
 
. ABA offre la qualité, le service et le rapport qualité-prix, plutôt que le prix le plus bas possible (valeur explicite).
 
. Le personnel d’agences soutient les collègues et les clients. Par exemple, s'il y a une longue file d'attente de clients, ils aideront leurs collègues sans avoir besoin d’ordre de la direction et peuvent retarder une pause de repos jusqu'à ce que la file d'attente soit résorbée (valeur implicite).
 
. Le personnel d’agence prend bien soin aux voitures. Par exemple, s'ils remarquent des problèmes, (par exemple, des fuites, des bruits, usure des pneus, … ils préviennent le personnel d'entretien, même si ce n'est pas leur responsabilité directe de le faire ainsi (valeur implicite).

 

Organisation des facteurs impactants :

 

tutorial-BMM-Business-Motivation-Model-norme-OMG-facteurs-impactant_09.png

 

Directive et règlement

 

tutorial-BMM-Business-Motivation-Model-norme-OMG-directive-regulation_10.png

 

Evaluations et impacts sur les fins et les moyens

 

tutorial-BMM-Business-Motivation-Model-norme-OMG-evaluations-et-impact_11.png

 

Evaluation (Assessment)

 

Une Évaluation est un jugement d'un facteur impactant qui affecte la capacité de l'organisation à utiliser ses moyens ou de réaliser ses fins.

Autrement dit, une évaluation exprime un rapport logique et factuel entre des facteurs impactant et des fins et / ou des moyens des plans de développement.

De cette façon, une évaluation indique quels facteurs impactant sont pertinents pour quelles fins et-ou quels moyens.

Des personnes différentes pourraient faire des évaluations différentes du même facteur impactant sur la même fin et / ou moyen.

Il est très important d'indiquer la personne qui a réalisé l’évaluation et à quel moment.

Un protocole (facultatif) d'audit doit exister pour des justifications futurs.

 

tutorial-BMM-Business-Motivation-Model-norme-OMG-evaluations_12.png

 

Une évaluation peut en utiliser une autre :

 

tutorial-BMM-Business-Motivation-Model-norme-OMG-evaluation-evaluation_13.png

 

Les Catégories d’évaluation

 

tutorial-BMM-Business-Motivation-Model-norme-OMG-evaluation-categorie_14.png

 

SWOT (Strength, Weakness, Opportunity, Threat) Force, Faiblesse, Opportunité, Menace) est un ensemble fréquemment utilisé de catégories pour les évaluations.

 

Exemple de forces :
. Infrastructure : distribution géographique des agences concerne les clients professionnels
. Valeurs implicites d'entreprise : écologique, qualité plutôt que le prix, le bon positionnement des tarifs, la différenciation par rapport à la concurrence, concerne l’image.
. Ressource : directeurs de d’agences orientée vers le client.
. Construction de réseaux de branche autour de villes majeures et aéroports, concerne le réseau d’agence dans les grandes villes et les aéroports.

 

Exemple de faiblesses
. Le logiciel pour des locations Internet est peu connu, concerne les contrats avec le sociétés.
. Les agences manque de personnel expérimenté comme les caissiers concerne le service client de haute qualité.

 

Exemple d’opportunité :
. ABA pense il y a de la place pour la concurrence dans le marché de location de voiture de marque de luxe concerne la séduction des hommes d'affaires et l’augmentation des tarifs de location.
. La dépréciation sur les voitures entre leur achat et leur vente à la fin de leur vie de location est un facteur critique dans le succès financier. L’amélioration de la gestion de la dépréciation réduirait ces coûts.

 

Exemples de menaces :
. Les aéroports secondaires n'ont pas d’agences, concerne les hommes d'affaires.
. Les compagnies aériennes offrent une alternative rentable et plus rapide à la location de voiture pour des distances courtes. Création de produit haut de gamme pour les aéroports.
. Péages urbains dans les centres-villes européens : décourager les clients de louer des voitures dans des centres-villes. Augmente les coûts opérationnels en déplaçant les voitures loin de la ville. Déplacer les voitures à l'extérieur des zones de congestion.

 

Impact potentiel (Potential Impact)

 

Une Évaluation enregistre des jugements de l'impact (ou le potentiel de l'impact) d'un certain facteur impactant sur des fins et/ou des moyens en termes d'impacts potentiels.

Autrement dit, une évaluation identifie les impacts Potentiels qui sont significatif à cette évaluation.

Chaque impact potentiel est une évaluation qui quantifie ou qualifie un certain aspect d'une évaluation en termes spécifiques, des types, ou des dimensions.

 

tutorial-BMM-Business-Motivation-Model-norme-OMG-impact-potentiel_15.png

 

Catégories d’impacts potentiels

 

Risque (Risk)

Un Risque est une catégorie de valeur d’impact qui indique l'impact et la probabilité de perte :

· Probabilité de perte (par exemple, probabilité de 5 %)

· perte Potentielle (par exemple, perte de 500,000 €)

· Unité-de-mesure (par exemple, perte en euros)

 

Exemples de risques :
. Opportunité : concurrence dans le marché de location de voiture de marque de luxe. Risque : l'échec de placer ABA comme une marque de luxe risque la perte de 15 % estimés de clients actuels sans remplacement par de nouveaux clients.
. Opportunité : visant clients d'affaires et taux de location croissants. Risque : beaucoup de voitures non louées les week ends, avec les  tarifs cassés par "la concurrence bon marché".
. Menace : les exigences de contrôle d'émission rigoureuses en Scandinavie. Risque : des pénalités financières sévères en cas de refus de se soumettre.

 

Récompense potentielle (Potential Reward)

 

Une récompense potentielle est une catégorie d'impact potentiel qui indique la probabilité de gain :

· Probabilité de gain (par exemple, probabilité de 30 %)

· gain Potentiel (par exemple, gain de 40,000 €)

 

 

Exemple de récompenses potentielles :
. Opportunité : concurrence) dans le marché de location de voiture de marque de luxe. Récompenses potentielles : l'acceptation du marché ferait une augmentation moyenne de 12 % du CA. Dans le déplacement de haut de gamme, on s'attend à remplacer au moins 15 % des clients actuels.
. Opportunité : la gestion améliorée de dépréciation de voitures. Récompense potentielle : la réduction de dépréciation coûte de 3 %.

 

Tactiques et règles métiers 

 

Exemples :

 
. Tactique : créez le cahier des charges (les spécifications) standard de modèles de voiture, choisissant les options offertes par les fabricants ; ceci est un compromis entre louable et la haute valeur résiduelle pour des ventes. Règle métier : chaque Voiture achetée doit correspondre à la spécification standard de son modèle de voiture.
 
 . Tactique :  égalisez l’utilisation de voitures à travers des locations. Règle métier : la Voiture assignée à une Location doit être : au moment de l'attribution, des voitures disponibles dans l’agence et avec le plus faible.

 

. Tactique :  respectez le calendrier d’entretien du constructeur. Règle métier : n’importe quelle voiture dont le kilométrage est inférieur à la limite de 20 000 Kms doit être prévue pour le service.

 

. Une location ne peut pas être prolongée par téléphone si le kilométrage réalisé est supérieur à la limite prévue dans le contrat de location. Le client doit ramener la voiturer à l’agence pour un changement de contrat de voiture.

  

L'article suivant :

 

Positionnement des processus et règles métiers dans la norme BMM Business Motivation Model de l’OMG et autres artefacts génériques

 

traite des actifs de l'entreprise, des unités organisationnelles, des processus métiers et des règles métiers.

 

Rhona Maxwel

@rhona_helena

 

"Connais-toi toi-même, est bien ; connaître autrui est mieux."

Ménandre

 

 

Articles conseillés :

 

Partir du bon pied dans un projet informatique : la modélisation métier

 

La modélisation métier permet de faciliter la compréhension des processus métiers afin d'être capable de les faire évoluer et de spécifier les besoins. 

 

Urbanisation SI : la méthode ultime pour modéliser les besoins d'un projet - 2ème partie - Processus métiers - Profil UML Eriksson Penker


17/07/2017
0 Poster un commentaire

Cours complet BMM Business Motivation Model norme OMG - les concepts de base – les moyens pour parvenir à ses fins

Un moyen (Mean) représente n'importe quel dispositif, capacité, technique, restriction, instrument, ou méthode que l'on peut appeler, activer, ou utiliser pour arriver à ses fins (Ends). Il est vivement recommandé mais ce n'est pas une obligation d’intégrer un système d’audit et de traçabilité.

 

Dans les 2 articles précédents, on a expliqué les concepts et les fins en terme de vision, d'objectifs, de buts, de résultats escomptés, ...

 

  1. BMM Business Motivation Model, norme OMG, les idées clés pour mieux comprendre la stratégie d'entreprise

  2. BMM Business Motivation Model, norme OMG, les éléments de modélisation – vision, but, objectif, stratégie, tactique, ...

  

tutorial-BMM-Business-Motivation-Model-norme-OMG-mean-03.png

 

Un moyen peut être une mission (Mission), une façon de procéder (Course of action) qui peut être une stratégie (Stretegy) ou une tactique (Tactic)) ou une directive (Directive qui peut être une politique métier (Policy) ou une règle métier (Buiness Rule)).

 

La mission

La mission, comme son homologue la vision (Vision), correspond à une approche à long terme et se concentre sur la réalisation de la vision.

Comme la vision, la mission n'est pas spécifique ; elle relève du fonctionnement global de l'entreprise.

A part la mission de base de l'entreprise, les moyens du modèle Business Motivation Model BMM ont été soigneusement organisés dans des façons de procéder et des directives.

 

Une mission indique l'activité opérationnelle en cours de l'entreprise. La mission décrit ce que le métier est ou fera au jour le jour.

Une mission rend une vision opérationnelle ; c'est-à-dire elle indique l'activité en cours qui rend la vision réelle. Une mission est planifiée au moyen des stratégies.

 

tutorial-BMM-Business-Motivation-Model-norme-OMG-mission-04.png

 

La structure d’une description de mission doit consister en trois articles, par exemple :

  1. une action (par exemple, "fournir ")
  2. un produit (par exemple, " le service de location de voiture ")
  3. une partie du marché ou client (par exemple, " pour des professionnels ou des particuliers ")

 

La déclaration d’une mission consiste à mettre l’accent sur des opérations quotidiennes, suffisamment générique pour couvrir toutes les stratégies et assez large pour couvrir l’ensemble du périmètre.

 
Exemples de mission : fournir le service de location de voiture à travers l'Europe et l'Amérique du Nord pour des professionnels ou des particuliers.

 

Les façons de procéder

Les manières de procéder (CourseOfAction) sont des approches ou des plans pour configurer un certain aspect de l'entreprise impliquant des entités, des processus, des lieux, des personnes, la planification, ou la motivation de l’entreprise pour réaliser les résultats escomptés (DesiredResult).

Autrement dit, les efforts des chaînes des manières de procéder sont tournés vers les résultats escomptés. Comme support, les façons de procéder sont dirigées par des directives (Directive).

Les manières de procéder sont constituées des stratégies (Strategy) et des tactiques (Tactic).

 

tutorial-BMM-Business-Motivation-Model-norme-OMG-courseofaction_05.png
 

Stratégie

Une stratégie (Strategy) est un composant du plan de la mission. Une Stratégie représente une façon de procéder essentielle pour réaliser des fins (des buts (Goal) en particulier). Une Stratégie représente les efforts de cette chaînes vers ces buts.

 

Une stratégie est plus que simplement une ressource, ou une compétence à laquelle l'entreprise peut faire appel ; c’est plutôt une approche acceptée par l'entreprise pour atteindre ses buts, étant donné les contraintes environnementales et les risques.

 

Exemple de stratégie (entreprise fictive ABA de locations de voitures) :
. Opérez nationalement dans chaque pays où nous sommes présent, concentrez-vous sur les aéroports majeurs, concurrencez d'autres entreprises de location de voiture haut de gamme.
. Gérez les achats de voiture et la disposition au niveau de zone locale, avec national (l'entreprise d'exploitation) la couverture de conseils :
. Quels modèles peuvent être achetés avec quels des fabricants
. Diversifiez les modèles
. Revendre les voitures ayant dépassées un certain kilométrage et ancienneté
. Phasage d'achat et livraison.
. Externaliser le système de fidélisation et de récompense plutôt que de concevoir le nôtre.

 

Tactique (Tactic)

Une Tactique est une façon de procéder qui détaille la stratégie. Une Tactique met en œuvre des Stratégies.

 

 

Par exemple, la Tactique "appel personnalisé des clients pour la première fois" met en œuvre la stratégie "augmentation de l’activité"

 

La tactique canalise généralement des efforts vers des objectifs (Objective).

 

 

Par exemple, la tactique "pendant l’hiver, le plein de carburant est offert " contribue à l’effort des actions à faire pour atteindre l'objectif "dans six mois, augmentation de 10 % des locations de voitures."

 

 

Exemple de tactique :
. Encouragez les extensions de location
. Externalisez la maintenance pour les petites agences
. Créez le cahier des charges de modèles de voiture standard, choisissant parmi les options offertes par les fabricants en faisant un compromis entre louable et la haute valeur résiduelle à la vente.
. Égalisez l'utilisation de voitures à travers les locations pour que le kilométrage soit semblable pour les voitures du même groupe de voiture et d’ancienneté.
. Respectez les calendriers des révisions des constructeurs automobiles

 

Directive (Directive)

Comme le nom le suggère, les directives indiquent comment les manières de procéder, devraient ou pas, être effectuées (autrement dit, elles les dirigent).

Spécifiquement, une directive définit ou contraint ou libère un certain aspect d'une entreprise.

Elle est destinée à 'affirmer la structure métier ou contrôler ou influencer le comportement métier et est exposée en forme déclarative.

 

tutorial-BMM-Business-Motivation-Model-norme-OMG-directive_06.png
 

Les directives dirigent des façons de procéder.

Par exemple, la règle de gestion (BusinessRule) "des Pizzas ne peuvent pas être livrées au-delà d'un rayon de 30 Km" gouverne la stratégie "livrez des pizzas à l'emplacement choisi par le client."

Cette gouvernance s'applique à la tactique aussi.

 

Par exemple, la tactique "encouragez des extensions de location" est dirigé par la politique métier "permettre l'extension de locations par téléphone."

 

On s'attend à ce que toutes les façons de procéder devraient être dirigées selon une certaine directive, d'autant plus que les plans de développement deviennent plus cohérents et complets.

 

N'importe manière de procéder non dirigée selon une directive devrait être examinée soigneusement pour découvrir des omissions potentielles.

 

Attention, trop de directives peut devenir à l'excès une contrainte trop forte pour être respectée. L'équilibre correct peut à cet égard être identifié seulement en ayant une connaissance approfondie du contexte et des intentions métier des acteurs.

 

C'est aussi possible pour les façons de procéder d'être basées sur des directives.

 

Par exemple, la tactique «  respectez les calendriers de maintenance du fabricant » et « égalisez l'utilisation de voitures à travers des locations pour que le kilométrage soit semblable pour les voitures du même groupe de voiture et d’ancienneté » sont les deux formules basées sur la politique métier « la dépréciation de voitures doit être minimisée. »

 

La directive sert ainsi de source à une façon de procéder.

De temps en temps une directive est définie pour supporter l'accomplissement d'un résultat escompté directement.

 
Par exemple :
. la Politique métier « les numéros de téléphone portable des représentants clients devrait être disponible pour les clients »sert de support pour atteindre le but "pour fournir l'assistance client de haute qualité."
. l'objectif « dans six mois, l'augmentation de 10 % de ventes de produit » est supportée par la règle de gestion qui définit les ventes de produit : « les ventes de produit doivent être calculées comme des ventes totales, moins : taxe sur les ventes, expédiant charges et honoraires de contrat d'entretien. »

 

Les niveaux d’exécution des règles métiers (Business Rule)

 

tutorial-BMM-Business-Motivation-Model-norme-OMG-niveau-execution-regle-metier_07.png

 

Les niveaux d'exécution :

  1. Strictement forcé : si la règle est violée, la pénalité est toujours appliquée.
  2. Exécution reportée : strictement forcée, mais l'exécution peut être retardée (par exemple, attendant la ressource avec des compétences nécessaires).
  3. Pré autorisé : forcé, mais les exceptions sont permises, avec l'approbation préalable des acteurs concernés par l’ignorance de l'autorisation.
  4. Post-justifié : ignorent si non approuvé après le fait, vous pouvez être soumis de sanctionner ou d'autres conséquences.
  5. Ignorez avec explication : doit être fourni quand la violation de la règle arrive.
  6. Ligne directrice : suggérée, mais non forcé.

 

Exemple de règle métier : un loueur de ABA dont l’examen managérial, confirme qu’il a loué un véhicule à un client sans un permis de conduire valable, doit être renvoyé. Strictement forcé.

 

Directive comme règlement (Regulation)

Une directive peut agir comme un règlement pour une unité organisationnelle.

Les règles de gestion et les politiques métiers déterminés à un niveau dans une organisation peuvent être un règlement efficace pour des organisations de niveau inférieur.

 

Par exemple, la production et les divisions de ventes doivent respecter la politique de l'entreprise sur la sécurité au travail.

 

Ces unités, à leur tour, doivent déterminer leurs propres politiques locales et règles pour leur conformité particulière avec la politique de l'entreprise imposée d'en haut. En outre, les règles et les politiques qu'ils établissent seront très probablement uniques ; les règles pour la sécurité dans la division de production diffèrent de celles dans les ventes.

 

Les catégories de directives :

 

  • La politique métier (Business Policy)
  • La règle métier

 

Comparer à une règle de gestion, une politique métier a tendance à être moins structurée, moins discrète et usuellement non atomique ; c'est-à-dire non concentré sur un aspect seul de gouvernance ou conseil.

 

Aussi comparé à une règle de gestion, une politique métiers a tendance à être moins conforme au vocabulaire standard métier et moins formelle.

 

Par contraste avec une politique métier, une règle de gestion est hautement structurée et est soigneusement exprimée en termes de vocabulaire standard. Une règle de gestion devrait être discrète et atomique; c'est-à-dire représentez seulement un aspect seul de gouvernance ou de conseil.

Des politiques métiers fournissent la gouvernance plus large ou des conseils qui ne sont pas directement opérationnels.

 

Les règles de gestion fournissent la gouvernance spécifique, opérationnelle ou des conseils pour mettre en œuvre des Politiques métiers. Des moyens réalisables signifie qu'une personne qui comprend une règle de gestion, peut dans une situation appropriée, incluant son propre comportement, décider si l’activité est conforme avec la règle.

Quelques règles métiers peuvent être automatisées dans l’application; certaines étant réalisables seulement par humains.

 

 

Politique métier (Business Policy)

Des politiques métiers fournissent la base pour les règles métiers. Les politiques métiers dirigent aussi les processus métiers.

La formulation d'une Politique métier, est toujours sous le contrôle de l'entreprise, par une certaine partie autorisée à gérer, contrôler, ou régler l'entreprise en choisissant d'une variété d'alternatives en réponse des évaluations.

 

Les politiques métiers qui existent simplement pour permettre une stratégie directe et insignifiante devraient être évitées. Par exemple, supposez que l'entreprise a la Stratégie « encourager l'activité reprise ». Une Politique métier qui serait « l'activité reprise devrait être encouragée » est insignifiante et ne doit pas être exprimée.

 

Exemple :
. La dépréciation de voitures de location doit être minimisée. Comparez cette politique (générale) métier avec la règles métier (détaillée) liée : « la voiture assignée à une location doit être au moment de la  mission, des voitures disponibles dans le groupe demandé de voiture et avec le kilométrage le plus bas. »
. Une Location ne peut pas être prolongée par téléphone si le kilométrage de la Voiture est plus grand que le kilométrage maximum autorisé.
. Les paiements doivent être garantis à l'avance. Comparez avec la règle métier basée sur cette politique : « une charge provisoire pour le coût estimé de la location doit être faite avec une carte de crédit valable tenue par le locataire avant que la voiture ne soit remise au client ».
. Les voitures de location ne doivent pas être exportées.
. Les contrats de location sont faits conformément à la loi du pays.

 

Règle métier (Business Rule)

Une règle métier est une directive, avec l'intention de diriger, guider, ou influencer le comportement métier, à l'appui de la politique métier qui a été formulée en réponse à une opportunité, la menace, la force, ou  faiblesse de l’entreprise.

 

C'est une directive simple qui n'exige pas d’interprétation supplémentaire des stratégies ou tactique. Souvent, une règle métier est tirée d’une politique métier.

Les règles de gestion guident des processus métiers.

Formellement, une règle métier est une règle qui dépend d’une juridiction. Une règle présente toujours une obligation ou une nécessité.

 

Exemples :
. Chaque voiture achetée doit correspondre à la spécification standard du modèle de voiture agréé.
. La voiture assignée à une location doit être au moment de l’attribution, une voiture disponible dans le groupe demandé de voiture et celle avec le plus faible kilométrage.
. Un client doit présenter un permis de conduire valable pour louer un véhicule
. Une Voiture dont le kilométrage dépasse la limite maximale de service doit être vendue.
. Chaque conducteur d’une voiture de location doit avoir plus de 18 ans.

 

Relations complémentaires sur la structure des moyens

 

tutorial-BMM-Business-Motivation-Model-norme-OMG-relations-moyens_08.png
 

L'article suivant :

 

Cours complet BMM Business Motivation Model norme OMG - les facteurs impactants et les évaluations de leurs influences

 

traite des évènements pouvant potentiellement influencer les fins et les moyens mis en oeuvre et les évaluations de leurs impacts sur ceux-ci. 

 

Rhona Maxwel

@rhona_helena

 

"A celui qui ne sait pas vers quel port il navigue, nul vent n’est jamais favorable."

Sénèque

 

 

Articles conseillés :

 

Vous cherchez désespérement un formalisme pour vos processus métiers mettant en accord MOA et MOE, la solution miracle existe, elle s'appelle BPMN 

 

Modélisation métier : méthode des processus métier orientés objectifs

  

Modélisation métier : outils mindmap, mon préféré


16/07/2017
0 Poster un commentaire

BMM Business Motivation Model, norme OMG, les éléments de modélisation – vision, but, objectif, stratégie, tactique, ...

Définition et modélisation des différents termes BMM exprimant les concepts d'objectifs stratégiques de l'entreprise.

  

BMM-Business-Motivation-Model-norme-OMG-vue-d-ensemble.png

  

Ci-dessous, la hiérarchie des catégories des "fins"auxquelles l'entreprise doit parvenir :

 

BMM-Business-Motivation-Model-norme-OMG-hierarchy-end-concept.png

 

Dans l'article :

 

BMM Business Motivation Model, norme OMG, les idées clés pour mieux comprendre la stratégie d'entreprise

 

nous avions abordé les idées clés de BMM.

 

Une entreprise doit arriver à ses fins représentées par le type “End”. Le concept “End” ne comporte aucune indication sur la manière dont il sera réalisé.

La description des fins doit inclure un protocole d'audit pour la référence future. Mais ceci, bien sûr, ne peut pas toujours être exigé.

 

Une fin désigne soit une vision ( “Vision” ) soit un résultat désiré ( “DesiredResult” ) qui est soit un but (“ Goal” ) soit un objectif ( “Objective” ).

 

 

La vision décrit l'état futur de l'entreprise, sans présumer sur la manière d'y parvenir.

 

Un but, doit généralement être accessible et être plus spécifiquement orienté à un aspect simple et unique du problème métier.

Une vision est supportée ou réalisée par des missions ( “Missions” ). Elle est amplifiée par des buts.

 

Exemple de vision pour l'entreprise de location de voiture “ABA” :
. être la marque de location de voiture reconnue pour les voyages professionnels dans les pays dans lesquels opère l'entreprise.

 

Un résultat désiré est une fin qui est un état ou un objectif que l'entreprise a l'intention de maintenir ou supporter.

 

Ce concept est supporté par des façons de procéder ( “CourseOfAction” ).

 

Modèle des buts et des objectifs :

 

BMM-Business-Motivation-Model-norme-OMG-goal-objective-02.png

 

Comparé à un objectif, un but a tendance à être : dans le long terme, qualitatif (plutôt que quantitatif), général (plutôt que spécifique) et continu.

 

Exemple de but :
. être une marque d'entreprise de location de voiture, placée à côté des entreprises comme Hertz et Avis.
. fournir le service client leader de l'industrie.
. fournir des voitures bien entretenues.
. avoir des véhicules disponible à la location quand et où les clients les attendent.

 

Comparé à un but, un objectif a tendance à être : à court terme, quantitatif (plutôt que qualitatif), spécifique ( plutôt que le général ) et non continu au-delà de ses délais ( qui peut être cyclique ).

 

Exemple d'objectif :
. à la fin de l'année en cours, être noté et apparaître dans les 6 premières entreprises de location de voiture dans chaque pays d'exploitation.
. à la fin d'année en cours, avoir 85 % de clients satisfaits à l'enquête de satisfaction.
. 4ème trimestre de l'année en cours, pas plus de 1 % de voitures de locations a besoin d'être remplacé à cause de panne mécanique (excluant des accidents).
. les “Objective” diffèrent des “Goal” dans lesquels les “Objective” devraient toujours être ciblés dans la durée et mesurables. Les “Goal”, en revanche, ne sont pas spécifiés de cette façon.

 

Les résultat désiré sont supportés par des façons de procéder, qui peuvent être des stratégies (“Strategy”) ou tactiques (“Tactic”). Généralement, les buts sont soutenus par des stratégies et les objectifs sont réalisés par des tactiques.

 

Dans beaucoup d'entreprises il y a une continuité allant des stratégies majeures qui impactent tout le métier aux tactiques mineure avec des effets limités et locaux.

La ligne de démarcation entre la stratégie mineure et la tactique majeure est floue. Aussi, au fil du temps, quelques “façons de procéder” peuvent se développer de la tactique à la stratégie et quelques stratégies peuvent se transmettre dans la tactique.

 

Quelques entreprises font vraiment une distinction marquée entre les stratégies et la tactique ; ces entreprises choisissent d'appareiller des stratégies seulement dans des buts et la tactique seulement avec des objectifs.

 

D'autres entreprises utilisent d'autres bases pour distinguer des stratégies et la tactique. Par exemple, quelques entreprises distinguent la stratégie et la tactique en terme de planification. Dans ce cas, les stratégies sont mises en place pour supporter le long terme.

 

 

Les buts sont planifiés sur plusieurs années tandis que la tactique et les façons de procéder sont mises en œuvre sur une année ou moins (les plans opérationnels actuels).

 

Et d'autres entreprises distinguent la stratégie, une façon de procéder pour l'obtention d'un avantage spécifique, de la tactique, qui est une façon de procéder pour le déploiement de ressources spécifiques pour gagner un avantage.

 

Le modèle ne fournit pas de catégories pour les partie prenantes. Les entreprises peuvent définir n'importe quelles catégories de résultat désirées dont elles ont besoin, comme la qualité, le rapport coût/profit, la conformité réglementaire, et les indicateurs performance.

 

L'article suivant :

 

Cours complet BMM Business Motivation Model norme OMG - les concepts de base – les moyens pour parvenir à ses fins

 

traite des différents types de moyens pour accomplir les objectifs stratégiques de l'entreprise.

 

Rhona Maxwel

@rhona_helena

 

“La solitude est très belle... quand on a près de soi quelqu'un à qui le dire.”

Gustavo Adolfo Bécquer

 
 

Articles conseillés :

 

BMM Business Motivation Model, norme OMG, les idées clés pour mieux comprendre la stratégie d'entreprise

 

Objectifs des indicateurs du processus d'urbanisation du Système d'Information

 

La méthode top-down dans l'urbanisme du Sytème d'Information

 

Sur quels critères doivent reposer les indicateurs d'urbanisation d'un système d'information ?


14/07/2017
0 Poster un commentaire