2/11 Projet informatique, passer du moyen âge à l'ère industrielle. Urbanisez pour mieux régner, 1ère partie : les fondations. - urbanisation-si, modelisation-metier, processus-metier, expression-des-besoins

urbanisation-si

urbanisation-si

2/11 Projet informatique, passer du moyen âge à l'ère industrielle. Urbanisez pour mieux régner, 1ère partie : les fondations.

urbanisation-si.jpeg

 

Il faut l'accepter, nous sommes dans un monde en perpétuel mouvement. La prise en compte du changement est vitale. La mondialisation impose ses nouvelles lois, les gouvernements se succèdent font et défont ce que les précédents on fait. Pour se démarquer de la concurrence, il faut être capable de réagir vite en proposant des nouveaux services aux clients. La technologie impose aussi son diktat, qu'il faut savoir apprivoiser. Une bonne manière d’y arriver c’est d’urbaniser son SI.

 

L'urbanisation consiste à cartographier le système d'information pour répondre à un triple objectif :

• le rationaliser,

• le rendre plus modulaire

• le rendre plus réactif.

C’est une démarche de transformation du système pour le rendre plus flexible, en appliquant les règles d’urbanisme dans la conception des solutions. A ne pas confondre avec l’urbanisme qui est un cadre d’évolution du SI (vision de référence, méthodologie, règles d’évolution fonctionnelles, applicatives et techniques) et ni avec l’architecture qui est une discipline de conception et une étape dans le déroulement d’un projet ou d’une étude, visant à décrire l’articulation d’une solution aux plans fonctionnels, applicatifs ou technique.

 

cartographies-urbanisation-si.jpeg

 

La cartographie métier représente les processus métiers avec les événements déclencheurs (le client), le but et les activités humaines ou automatisées qui les composent. Ils doivent être en adéquation avec les objectifs stratégiques de l'organisation.
La cartographie fonctionnelle structure le système d'information en blocs fonctionnels. Ils représentent des entités ou des services métiers correspondant aux processus. C'est la projection des processus sur le système d'information.
La cartographie applicative est la projection de la cartographie fonctionnelle sur le système informatique. Elle est constituée de blocs applicatifs représentant par exemple les applications existantes ou futures correspondant aux blocs fonctionnels que l'on a décidé d'automatiser.
La cartographie technique correspond aux infrastructures pour implémenter les blocs applicatifs. Elle est soumise aux évolutions technologiques et doit être modernisée régulièrement sous peine de ne plus contribuer à atteindre la stratégie fixée.

 

L'urbanisation est un concept qui vise à simplifier le système d'information (SI) et à améliorer la communication entre ses composantes, tout en offrant une plus grande réactivité lorsqu'il s'agit de le faire évoluer. Une telle démarche devient nécessaire lorsque l'entreprise a accumulé un grand nombre d'applications et de bases de données tout à la fois disparates et plus ou moins redondantes, au cours de projets qui se sont étalés sur des années. Souvent, on constate ainsi des recoupements importants entre des projets Java récents et des projets MVS/COBOL/CICS très anciens.
Une telle mosaïque découle également
• de fusions et d'acquisitions
• de la mise en œuvre de différents progiciels de type ERP, …
Outre ce souci de rationalisation, les motivations peuvent être liées à la stratégie de l'entreprise :
• dans le cas d'externalisation de certaines applications
• la revente d'activités ou de filiales.
Le processus d’urbanisation se base sur la description de l’architecture applicative existante pour aboutir à une proposition d’architecture applicative future (cible), ainsi que des étapes qui permettront de passer de l’une à l’autre.
3 niveaux (bloc) structurent l’architecture applicative
• Zone
• Quartier
• Îlot.
L’urbanisation va consister à réorganiser un SI pour le rendre modulaire et évolutif. Pour cela on utilise les concepts objet :
• Objet (macro-objet/composant/bloc) : encapsulation des attributs et des méthodes.
• Forte cohérence/faible couplage.
A partir d’une architecture applicative anarchique, il s’agit de découper, réglementer et clarifier l’agencement des blocs dans le but de produire des ensembles fortement cohérents et faiblement couplés du plus bas niveau possible. Cela présente de gros avantages :
• Réduire la maintenance en cas de changements.
• Rendre neutre vis-à-vis du SI une modification dans les blocs
• Rendre possible une refonte partielle ou totale du SI.
Un SI urbanisé comporte des blocs de plus ou moins grosse granularité dont les frontières sont imperméables et qui communiquent entre eux par échanges de messages. A la frontière de chaque bloc, les échanges avec l’extérieur se font au moyen d’interfaces (prise ou port en UML2).
Le but d’une opération d’urbanisation est de découper un SI en entités indépendantes et hermétiques, chacune mettant à la disposition du monde extérieur un ensemble de services publics (interfaces/prises).
On verra au prochain épisode des exemples de règles imposées par l’urbanisme, le retour sur investissement et pourquoi les directions de projet sont réticentes à l’urbanisation.


Voir aussi le site :

Abandonnez le classicisme, relookez votre SI



15/08/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 209 autres membres