urbanisation-si

urbanisation-si

CMMi, un projet comme un autre ?

urbanisation-si-CMMi-01.jpg

La Direction générale demande de plus en plus des comptes à la DSI considérée presque comme un "vulgaire presta" ! Qu'en est il de son alignement sur les objectifs stratégiques métiers, de la maîtrise des coûts, des risques et de la gouvernance SI ? Plutôt que de réinventer la roue et de se lancer dans sa propre méthode, mieux vaut se référer aux retours d'expérience d'un ensemble d'entreprises, compilés sous forme de standard comme CMMi (Capability Maturity Model integrated) spécialisé dans l'ingénierie logicielle et visant la direction des études. CMMi est un guide pratique, un mode d'emploi et il appartient à l'entreprise de décider quels processus sont prioritaires et quels sont ceux  qu'elle va mettre en oeuvre. Elle doit adapter les processus suggérés et implémenter sa propre solution en fonction de son contexte car chaque organisation est unique au monde. La DSI ne doit plus se concentrer sur la technique mais doit penser processus et services. Comme on l'a vu dans un précédent blog, la conduite du changement est la clé de la réussite aussi bien de la démarche d'urbanisation que de la mise en place d'un tel référentiel. Elle doit être mise en oeuvre très tôt et nécessite le soutien de tous les acteurs, de la direction générale, directions métiers, DSI et les diverses directions projets. Il est indispensable que la DG se donne tous les moyens de pilotage sans cela c'est l'avortement de la mise en oeuvre de CMMi.

Les signes d'un manque de méthode et de gouvernance sont les insatisfactions des clients, le dépassement de coût et des délais des projets voire leur échec, le manque de visibilité et de réactivité face à l'ouverture des marchés et au manque de maîtrise des risques.  Par opposition à la certification ISO ou l'entreprise est certifiée ou non, CMMi permet une amélioration progressive de ses processus. Cinq niveaux sont définis  (initial, processus géré, défini, maîtrisé, optimisation) regroupant un ensemble de processus auxquels correspondent des meilleures pratiques que l'entreprise est censée mettre en oeuvre avec succès pour passer au niveau de maturité suivant. Les pratiques sont composées d'activités liées à des produits de sortie (livrables) servant de critères pour la certification. L'organisation doit décrire dans ses modes opératoires et ses guides méthodologiques quelles sont les démarches et les outils qu'il faut utiliser pour réaliser le produit de sortie. Parmi ces meilleures pratiques on peut citer la gestion des exigences, la traçabilité, planification, pilotage, gestion des fournisseurs, vérification et validation des produits, assurance qualité, gestion de configuration, gestion et analyse des métriques, ...

La mise en oeuvre de CMMi est un projet comme n'importe quel autre projet et doit passer par les étapes classiques de l'appropriation par les équipes projet, du modèle d'architecture et des meilleures pratiques ; l'adaptation et la construction du référentiel spécifique de l'entreprise, la communication ; le plan de formation adapté à chaque population de profil d'acteur (MOA, expert métier, MOE, chef de projet, développeur, recetteur, ...) et enfin le déploiement du référentiel CMMi dans l'entreprise sans oublier de mettre en place les critères pour apprécier l'amélioration des processus et le retour sur investissement.

 

"La sagesse est de voir le nouveau dans l'ordinaire, en s'accomodant du monde tel qu'il est. Il y a des trésors cachés dans l'instant présent."

 

Voir aussi :  http://urbanisation-si.over-blog.com/

http://urbanisation-des-si.blogspot.fr/

http://urbanisation-si.eklablog.com/

http://bonnes-pratiques-si.eklablog.com/

http://rhonamaxwel.over-blog.com/



20/10/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 174 autres membres