urbanisation-si

urbanisation-si

Expression des besoins : mais à quoi bon les modéliser ?

modelisation-expression-des-besoins.png
L'ingénieur des exigences ( expression des besoins ) est rompu aux techniques pour les identifier et les formaliser.

L'analyse des documentations diverses et variées, les techniques d'interview, l'animation de groupes de travail n'ont plus de secret pour lui.

Une fois l'expression des besoins rédigée dans la langue de Molière, une bonne pratique reconnue consiste à modéliser non pas dans la langue de Shakespeare mais dans celle de l'OMG c'est à dire en UML ou SysML.

L'excellent AGL Enterprise Architect offre un diagramme de requirement qui n'est ni plus ni moins qu'un diagramme de classe stéréotypé UML ou bien la même chose mais dans le dialecte SysML, lui même un profil normalisé UML.

Bon mais pourquoi faire  ? 

D'abord et cest ce qu'on trouve dans tous les bons bouquins traitant d'UML, un schéma vaut mieux qu'un long discours.

Ensuite on va pouvoir structurer les exigences par des compositions, des agrégations, des associations ou encore des dépendances.

L'objectif est de créer des relations entre les exigences pour mieux en maitriser la complexité.

L'AGL Enterprise Architect permet d'affecter des meta informations comme l'état de l'exigence, la priorité, le niveau de complexité, la version, la phase du projet, la date de création, l'auteur, ... Les états possibles sont : proposé, approuvé par la MOA, obligatoire, validé par la recette et enfin implémenté.

Et le meilleur pour la fin, les exigences modélisées sous forme de classe peuvent se retrouver dans n'importe quel diagramme pour être liées à dautres éléments de modélisation comme les use case.

Si on considère qu'un use case implémente des exigences alors on utilisera la relation UML d'implémentation du use case vers l'exigence.

Si par contre l'objectif est de tracer de bout en bout une exigence depuis son modèle en passant par tous les artefacts d'analyse, de conception jusqu'au modèle de code, on utilisera la relation de dépendance avec le stéréotype "trace" allant de la classe représentant l'exigence vers le use case qui la réalise.

Lorsqu'on met en place ce genre de relations, l'AGL Enterprise Architect propose une matrice de traçabilité qui n'est plus ni moins qu'un tableau ou les lignes représente la source et les colonnes la cible. 

Concrètement il suffit dans le menu contextuel de choisir "Relation ship Matrix", d'indiquer le package source contenant les exigences et le package cible contenant les use case et automatiquement l'AGL affiche des croix aux intersections correspondant aux relations. On peut indiquer le type de relation (implémentation, dépendance, trace, ...) que l'on veut.

La modélisation des exigences permet donc de mesurer les impacts en cas de changements et de pouvoir prendre la décision si on fait évoluer ou pas et quels sont les modèles touchés, ce qui est vitale dans le monde qui nous entoure.

 

"Le bonheur est parfois caché dans l'inconnu."
Victor Hugo

 

Voir aussi :  

 

http://urbanisation-si.wix.com/blog

http://urbanisme-si.wix.com/blog

http://urbanisation-si.wix.com/urbanisation-si

http://urbanisation-si.over-blog.com/

http://rhonamaxwel.over-blog.com/

http://urbanisation-des-si.blogspot.fr/

http://bonnes-pratiques-si.eklablog.com/

http://urbanisation-si.eklablog.com/



23/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 94 autres membres