urbanisation-si

urbanisation-si

Comment mettre en œuvre la phase C Système d’Information et la phase D Technique de la méthode ADM (Architecture Development Method) du framework d’Architecture d’Entreprise TOGAF (The Open Group Architecture Framework)

La phase C doit mettre en place l’implémentation et l’exécution des constituants métier indépendamment de la phase D technique qui doit établir la correspondance physique et technologique avec les composants des phases précédentes.

 

Phase C Système d’Information

 

TOGAF-methode-ADM-Architecture-Development-Method-phase-C-systeme-d-information-01.PNG

 

La phase C est divisée en 2 : l’architecture des données et l’architecture applicative.

 

On retrouve les mêmes principes des autres méthodes d’architecture d’entreprise comme l’urbanisation du Système d’Information ou Praxeme qui sont :

 

  • d’avoir une interface entre la couche métier et la couche technique, indépendante de celle ci, ce rôle est joué par la phase C.
     
  • de faire correspondre à chaque bloc de données un bloc applicatif qui en est l’unique propriétaire et qui est le seul à pouvoir les modifier.

  

Phase D technique

 

TOGAF-methode-ADM-Architecture-Development-Method-phase-D-technique-01.PNG

  

L’objectif de la phase D est d’avoir une infrastructure et des composants logiciels cohérents qu’ils proviennent de progiciels du commerce, d’ERP ou bien de développement maison.

 

 

Ce choix capital se pose à maintes reprises aux architectes des grandes organisations.

Combien se sont lancés dans des développements spécifiques pour s’apercevoir qu’ils réinventaient la roue, puis de tout arrêter pendant qu’il était encore temps pour à la fin adopter un progiciel du commerce paramétrable suivant leurs besoins quitte à les implémenter eux mêmes ou par l'éditeur dans le cas où ils n'existaient pas.

 

On retrouve les concepts de l’architecture SOA (Service Oriented Architecture).

La phase C est comparable à l’interface logique de service qui est la structure fondamentale du composant et qui reste inchangée quel que soit son implémentation en C, Java, SOAP, REST, … qui relève bien de la phase D.

L’important est de pouvoir identifier le rôle de chaque composant indépendamment des technologies employées pour leur exécution.

 

Encore une fois comme dans l’urbanisation du SI, il n’y a pas d’ordre préconisé, on peut appliquer une méthode top down c’est-à-dire commencer par spécifier l’architecture applicative puis technique ou faire l’inverse avec la méthode bottom-up.

Ce dilemme cornélien se solde par un mixte des 2 méthodes.
  

Les articles à venir seront bien évidemment consacrés aux phase E Opportunités et Solutions, F Planning de migration, G Gouvernance de la mise œuvre, H Gestion de la maintenance et des évolutions et enfin à la vision dynamique des exigences.

 

Rhona Maxwel

@rhona_helena

 

"La vraie faute est celle qu’on ne corrige pas."

Confucius

 

 

Articles conseillés :

 

Comment mettre en œuvre la phase B Métier de la méthode ADM (Architecture Development Method) du framework d’Architecture d’Entreprise TOGAF (The Open Group Architecture Framework)

 

La phase A Vision du cycle de la méthode ADM (Architecture Development Method) de la transformation d’entreprise TOGAF (The Open Group Architecture Framework)

 

Le processus des itérations ADM (Architecture Development Method), le moteur de la transformation d’entreprise TOGAF (The Open Group Architecture Framework)

 

TOGAF pour les nuls.



26/10/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 124 autres membres