urbanisation-si

urbanisation-si

BPMN : mais que dit la norme sur les sous-processus et la gestion des événements d'interruption et de remontée d'incidents ?

Voyons cela sur l'exemple type BPMN : le processus de commande et de réapprovisionnement d'un article.

bpmn-exemple-en-francais-norme-03_1.PNG

 

Ce processus BPMN de gestion de commandes commence après la réception d'un message de commande et la première activité vérifie si l'article commandé est disponible ou non.

Un article disponible est expédié au client suivi par un règlement (« Financial settlement »), qui est un sous-processus (avec le symbole +).

 

Dans le cas où l'article n'est pas disponible, on exécute le sous-processus de « réapprovisionnement » (« Procurement »), avec les bords épais qui signifient que c'est une activité composite et réutilisable dont on a choisi de ne pas montrer le sous-processus intérieur et qui peut être interrompue.

Ce sous-processus possède deux événements situés sur les bords. En utilisant des événements attachés il est possible de traiter les événements qui peuvent spontanément arriver pendant l'exécution d'une tâche ou d'un sous-processus.

 

Ainsi nous devons distinguer entre l'interruption et la non-interruption d'événements attachés.

Les 2 événements peuvent être interceptés, mais seulement le type non-interruptif, ici c'est l'événement de « remontée d'incidents (escalation), « la livraison avec retard » (« late delivery ») qui n'interrompt pas l'activité à laquelle il est attaché.

Quand l'événement d'interruption « livraison impossible » (« undeliverable ») arrive, toutes les activité en cours s'arrêtent immédiatement.

 

Voici le processus de gestion de stock :

bpmn-exemple-en-francais-norme-03_2.PNG

 

Le processus de gestion de stock est déclenché par un événement de début conditionnel. Cela signifie que le processus est instancié si la condition est devenue vraie, ainsi dans cet exemple quand le niveau des stocks est inférieur au seuil minimum.

 

Pour augmenter le niveau des stocks un article doit être réapprovisionné (« Procurement »).

Donc nous utilisons le même processus que précédemment.

De manière semblable, ce processus manipule l'exception d'erreur en enlevant l'article du catalogue. Ce processus de gestion de stock n'a pas besoin du traitement de l'événement de remontée d'incidents « livraison avec retard ».

C'est pourquoi il est écarté et n'est pas traité.

Si le sous-processus de « réapprovisionnement » se termine normalement alors on aura l'événement de fin « article réapprovisionné ».

 

Voici le sous processus de réapprovisionnement :

bpmn-exemple-en-francais-norme-03_3.PNG

 

Regardons de quoi est composé le sous-processus de réapprovisionnement qui est utilisée à la fois pour l'accomplissement du processus de gestion de commande et celui de gestion de stock.

 

Parce que c'est un sous-processus, l'événement de début est simple, indiquant que ce processus n'est déclenché par aucun événement externe, mais par le processus de niveau supérieur.

 

La première tâche dans ce sous-processus consiste à contrôler si l'article à réapprovisionner est disponible chez le fournisseur.

S'il n'est pas disponible, il enverra l’événement « livraison impossible » qui sera intercepté à la fois par le processus de gestion de commande et par celui de gestion de stock.

Dans le cas où la livraison dans le processus de réapprovisionnement dure plus de 2 jours un événement de remontée d'incidents est envoyé par le sous-processus signifiant au processus de niveau supérieur que la livraison sera en retard.

 

Semblable à l'événement d'erreur, l'événement de remontée d'incidents a aussi un identifiant qui est nécessaire pour la connexion entre l'émission et l'interception de l'événement de remontée d'incidents.

Contrairement à l'événement d'erreur, les exécutions (thread) en cours sont ni terminés, ni affectés par le lancement d'un événement de remontée d'incidents intermédiaire.

 

En outre, le processus de réapprovisionnement continue son exécution en attendant la livraison.

L'événement émis est traité par l'activité parente la plus proche avec l'événement de remontée d'incidents intermédiaire attaché qui a le même identifiant que l'événement d'escalade émis.

Dans le processus de gestion de commande, l'événement de remontée d'incidents « livraison avec retard » attaché au sous-processus réapprovisionnement intercepte l'événement « livraison avec retard » émis qui est non interruptif.

À cause de cela un nouveau jeton est produit, suit le chemin du traitement de remontée d'incidents et déclenche la tâche qui informe le client que l'article commandé sera expédié plus tard.

 

Quand le sous-processus de réapprovisionnement se termine, le processus de gestion de commande continue avec l'expédition de l'article et le règlement.

 

Rhona Maxwel
@rhona_helena

 

"Dans ce cas, il faudra accepter de vivre avec l'idée que nous connaissons la vérité, malgré tout.

La justice, ce n'est pas seulement le fait que les gens qui commettent des crimes soient punis.

Pour nous, c'est aussi le fait de ne jamais renoncer."

Henning Mankell

 

Voir aussi ;

BPMN

BPMN : la norme, toute la norme rien que la norme. L'exemple à lire en attendant une pizza.

BPMN l’exemple type pour tout comprendre sans prendre d’aspirine

BPMN : l'antisèche pour rester incollable en modélisation de processus

BPMN : norme OMG - synthèse des éléments graphiques

BPMN pour les nuls : les conversations

BPMN pour les nuls : les chorégraphies (Choreographies)

BPMN pour les nuls : les collaborations

BPMN 2 : les concepts de base des processus métiers



23/10/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 88 autres membres