urbanisation-si

urbanisation-si

BPMN l’exemple type pour tout comprendre sans prendre d’aspirine

Voici l'exemple de référence de modélisation BPMN présentant les concepts principaux des processus métiers.

L'objectif de cet article est de montrer concrètement comment un processus métier est modélisé avec BPMN.

BPMN-exemple-norme-processus-metier-en-francais.png

 

Il ne s'agit pas ici d'expliquer chaque symbole, pour cela je vous recommande les articles ci-dessous consacrés à la syntaxe BPMN : BPMN : norme OMG - synthèse des éléments graphiques et BPMN : l'antisèche pour rester incollable en modélisation de processus.

 

L'accent est mis sur les concepts de « bassins » (pool) modélisant les échanges (associations) inter organisation et de « couloirs » (lane) représentant la communication (flux de messages) explicitant la modélisation des collaborations entre des participants.

Cet article montre comment nous pouvons composer des modèles de processus avec des sous-processus et appeler des activités.

Cet exemple ne contient pas de modèles de processus exécutables, mais représente un modèle de processus se concentrant sur les aspects organisationnels de processus commerciaux.

 

Cet exemple BPMN montre les étapes de la préparation qu'un détaillant de matériel doit accomplir avant que les marchandises ne soient expédiées au client.

 

Dans cet exemple, nous avons utilisé seulement une association et des couloirs (lane) explicites pour les acteurs impliqués dans ce processus métier.

Nous supposons juste qu'ils communiquent l'un avec l'autre d'une façon ou d'une autre.

Si nous disposons d'un moteur de processus métier exécutables (BPM Business Process Management voir les articles consacrés à jBPM le moteur open source de Red Hat jBoss : Tutoriel jBPM : les fonctionnalités du BPM open source (partie 1/10) et  ), ce moteur assignerait des tâches utilisateur et serait donc responsable de la communication entre ces acteurs.

Si nous n'avons pas un tel moteur de processus, mais voulons modéliser la communication entre les acteurs impliqués explicitement, nous devrons utiliser un diagramme de collaboration.

 

L'événement de début simple « Marchandises pour expédier » indique que cette préparation doit être faite maintenant.

 

Directement après l'instantiation du processus, il y a deux activités faites en parallèle, comme la passerelle parallèle l'indique :

  • l'employé (clerk) doit « Décider s'il s'agit d'un envoi postal normal ou une expédition spéciale » (nous ne définissons pas les critères, les règles déterminant le choix se trouvent à l'intérieur de l'activité),
  • et le chargé d'expédition (warehouse worker) commence déjà l'emballage des marchandises.

 

La tâche de l'employé (clerk) qui est suivie par la passerelle exclusive "Mode de livraison", est un bon exemple pour clarifier l'utilisation recommandée d'une passerelle : la passerelle n'est pas responsable de la décision de savoir s'il s'agit d'un envoi spécial ou une expédition postale, mais cette décision est prise dans l'activité précédente. La passerelle travaille seulement comme un routeur, qui est basé sur le résultat de la tâche précédente et fournit des chemins alternatifs. Une tâche représente une unité réelle de travail, tandis qu'une passerelle achemine seulement le flux choisi.

 

Cette passerelle est appelée "exclusive", parce que seulement une des deux branches peut être empruntée : si nous avons besoin d'une expédition spéciale, l'employé « Demandes la liste des transporteurs » puis « Assigne un transporteur et prépare les documents d'envoi ».

 

Mais si une expédition postale normale est requise, l'employé doit vérifier si une assurance supplémentaire est nécessaire. Si cette assurance supplémentaire est éxigéé, le directeur de logistique (logistics manager) doit « Souscrire cette assurance ».

 

Dans tous les cas, l'employé doit remplir une étiquette postale pour l'expédition. Pour ce scénario, la passerelle incluse est nécessaire, parce qu'une branche est toujours prise, tandis que l'autre est prise seulement si l'assurance supplémentaire est exigée, mais si elle est prise, alors c'est en parallèle à la première branche.

 

À cause de ce parallélisme, nous avons besoin de la synchronisation gràce à la passerelle incluse directement derrière les 2 tâches "Remplir une étiquette postale" et " Souscrire l'assurance supplémentaire".

 

Dans ce scénario, la passerelle incluse attendra toujours "Remplir une étiquette postale" pour être complétée, parce que c'est toujours commencé.

 

Si une assurance supplémentaire a été exigée, la passerelle incluse attendra aussi "Souscrire l'assurance supplémentaire" pour être terminée.

 

En outre, nous avons aussi besoin de la passerelle parallèle pour la synchronisation avant que la dernière tâche n'ajoute les documents et ne redirige le paquet vers la zone de prise en charge, parce que nous voulons nous assurer que tout a été accompli avant que la dernière tâche ne soit exécutée.

 

Rhona Maxwel
@rhona_helena

 

"C'est là, dans le va-et-vient des jours et le fouillis des non-dits, que la vie perd le sens des choses profondes et se réfugie dans le superficiel et le faux-semblant."

Boualem Sansal

 

Voir aussi :

 



16/10/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 132 autres membres